fsm_logo_frLa participation de l’ACEF de l’Est au Forum Social Mondial 

 

Du 9 au 14 août dernier, trois employées de notre équipe ont participé à différents ateliers et conférences dans le cadre du Forum Social Mondial (FSM). Riche en expérience et en réflexion, le FSM nous a permis de nous renseigner sur différents sujets et d’obtenir une foule d’informations à jour en lien avec nos actions en tant qu’ACEF. Nous vous avons préparé de brèves descriptions ou mis des liens pertinents avec les ateliers et conférences auxquels nous avons assisté. Si vous avez des commentaires ou des questions sur ces sujets, n’hésitez pas à nous contacter, il nous fera plaisir d’échanger avec vous et, qui sait, peut-être pourrions-nous unir nos forces dans notre mobilisation.  Il y a bien une chose que le FSM nous a démontré : À plusieurs, unis et solidaires, nous sommes plus forts.

 

 

 

Les secrets mal gardés de l’économie politique du 1 %

Lors de cet ateneoliberalismelier Dominique Plihon professeur d’économie financière à l’Université Paris XIII et membre d’ ATTAC France et Philippe Hurteau, chercheur à l’IRIS ont discuté de l’accroissement des écarts de richesse et du fait que les politiques néolibérales mises en place depuis les années 1980, l’ont été à la faveur de la classe dominante et minoritaire. Les deux panelistes s’entendent pour dire qu’actuellement la classe politique est au service de la classe financière. Ils ont proposé les références suivantes pour poursuivre la réflexion : les travaux de Jean-Marc Piotte sur la pensée politique de Gramsci, le livre de Pierre Dardot et Christian Laval, Ce cauchemar qui ne finit pas, livre de Naomi Klein, La stratégie du choc et le film, Merci patron. Par ailleurs, l’IRIS a lancé cinq chantiers anti-austérité et questionne la population pour savoir quels chantiers un gouvernement anti-austérité devrait mettre en branle.

 

S’organiser au lieu de se faire organiser : Comment des projets citoyens tentent de reprendre le contrôle de leur économie

Atelier présentantSecession des initiatives citoyennes se déroulant en Gaspésie. Martin Zibeau qui animait cet atelier est un citoyen ordinaire qui a décidé de démarrer plusieurs initiatives citoyennes avec quelques-uns de ses amis. Ensemble, ils ont écrit un essai sur la vision de leurs initiatives, pour en écouter un extrait, nous vous invitons à regarder cette vidéo.

Parmi ces initiatives il y a le Loco local, un lieu géré par et pour la communauté.
>> Page Facebook du Loco Local

De plus, découvrez comment ce groupe de citoyens a démarré une monnaie locale : le demi.

Vous êtes intéressés par toutes ces initiatives citoyennes entreprises par ce groupe de citoyens, nous vous invitons à visiter tout simplement le site Internet d’Horizon Gaspésie.

 


Transition écologique : croissance ou décroissance. Un consensus est-il possible ?

enviroSelon Yves-Marie Abraham de l’École des hautes études commerciales de Montréal (HEC), il est impératif de cesser volontairement la course à la production de marchandises et de sortir en douceur du système capitaliste. Si nous ne posons pas des actions en ce sens, la décroissance nous sera imposée par une crise écologique et économique (voir cet article du journal Le Devoir). Pour mieux comprendre la thèse de monsieur Abraham : Petit vade mecum de l’objecteur de croissance  et La décroissance soutenable comme sortie du capitalisme.

Pour Colin l’Ériger de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), nous avons assez de richesse, mais il faut mieux la répartir. Une simple augmentation du PIB ne veut plus dire vivre mieux. Les efforts vont être titanesques pour limiter les changements climatiques et il est nécessaire de traiter de pair les questions de changement climatique et d’emplois. Nous avons 30 ans pour faire la transition vers une société post-carbone. La FTQ croit en une croissance économique durable suite à la mise en place d’un capitalisme réformé.

 

Une banque postale, une banque pour tous !
postal-bankbillboard-fr

Le syndicat des travailleurs et travailleuses des postes fait campagne pour la création d’une banque postale au pays. Une banque postale serait d’abord une banque présente partout et accessible à toutes les citoyennes et tous les citoyens du pays.

>> Consultez le site Internet du syndicat des travailleurs et travailleuses des postes

 


Allocation universelle : perspective critique

allocation

Deux constats sont à l’origine de l’atelier :

1-  La popularité d’une allocation universelle est en hausse.

2-  L’analyse critique face à cette option est insuffisante.

Marie-Pierre Boucher du Département de Relations industrielles de l’Université du Québec en Outaouais a fait une thèse de doctorat sur le sujet de l’allocation universelle. Elle s’intéresse au lien entre l’AU et le marché du travail. Jusqu’à présent, les principales expérimentations indiquent qu’une AU pourrait donner une légère marge de manœuvre aux travailleurs dans leurs négociations avec l’employeur.

Sylvie Morel du Département de Relations industrielles de l’Université Laval a souligné que le risque de récupération politique au Québec est très élevé. Tous nos programmes d’assurance sociale (assurance-emploi, Régime de rentes du Québec, assurance-parentale, etc) pourraient être mis à mal si une AU est mise en place par le gouvernement libéral. Par ailleurs, elle cite des passages du livre Un revenu garantie pour tous écrit par le Ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec, François Blais. Mme Morel indique que selon les propos de Blais l’AU pourrait avoir des impacts négatifs sur le marché du travail en réduisant le rapport de force des travailleurs.

Diane Lamoureux du Département de Sciences politiques de l’Université Laval remet en cause le fait que l’AU permet de lutter contre l’exclusion sociale. L’exclusion sociale est plus large que le manque de ressource (même s’il s’agit souvent de sa composante la plus visible). L’inclusion sociale est un phénomène multidimensionnel. L’AU isole les personnes et rend difficile les solidarités.

Enfin, la sociologue, Carole Yerochewski se demande si l’AU suffira pour permettre aux personnes d’exercer leur liberté individuelle. Les gens vont-ils être réellement en mesure de choisir et de prendre des initiatives? Est-ce que les gens savent ce qu’ils veulent? L’AU seule ne peut pas permettre un accès égalitaire aux opportunités qui nous conviennent. D’autres pistes telles que l’autogestion et les coopératives doivent être explorées. Ces activités s’inscrivent dans des actions collectives, et sont préférables à l’AU.


Paradis fiscaux 101

150317_5i0tz_mlarge_paradis_fiscal_sn635Baptiste Godrie d’ATTAC Québec, membre du collectif Échec aux paradis fiscaux, définit les paradis fiscaux comme des législations de complaisance qui permettent à des personnes fortunées et à des entreprises d’enregistrer leurs revenus ou leurs profits chez elles. Trois éléments caractérisent les paradis fiscaux :

–  La fiscalité est nulle ou négligeable;
–  Il n’y a pas obligation de conduire des activités sur le territoire;
–  Le secret bancaire est assuré et il n’y a pas de coopération avec les pays étrangers.

Actuellement, les paradis fiscaux représentent 800 millions de pertes fiscales au Québec et 5 à 8 milliards au Canada. Deux vidéos ont été produits pour démystifier le fonctionnement des paradis fiscaux : Paradis fiscaux, la grande arnaque et Paradis fiscaux, levez le voile.

Maude Boulanger d’Oxfam présente la campagne À la recherche des milliards perdus.

Le livre d’Alain Denault : Une escroquerie légalisée, le film : The price we pay ; le prix à payer inspiré du livre de Brigitte Alepin et le site de la Global alliance for tax justice permettent d’approfondir la réflexion.

 

Participation au jeu Ğeconomicus

geo

*Jeu de simulation économique permettant de découvrir l’influence de la création monétaire sur les échanges, et ainsi d’expliquer les répercutions que peut avoir un revenu minimum garanti au sein de nos sociétés.
>> Apprenez à jouer (*Règlements du jeu)

 

 
Économie sociale et solidaire

econosocialeAtelier présenté par Jean-Martin Aussant. Nous retenons qu’il serait davantage constructif de miser sur cette voix car «les entreprises d’économie sociale assurent le contrôle collectif et pérennisent la vitalité économique, sociale et culturelle des communautés.»

> Chantier de l’économie sociale du Québec 

 

 L’Action communautaire autonome financée par l’État québécois : aberration ou fierté ?

Atelier présenté par Normand Gilbert, sv-aca-2012coordonnateur du Réseau Québécois de l’action communautaire automne (RQ-ACA)

Monsieur Gilbert a brossé un portrait historique sur le financement de l’action communautaire autonome (ACA). Ça vous intéresse ? Consultez le document explicatif sur l’historique de l’ACA au Québec.

 

 

Conférence : Changer le système, pas le climat !

la_strategie_du_choc

Conférence internationale portant sur la nécessité de profondément transformer un système productif basé sur les hydrocarbures et les inégalités sociales.

Quelle stratégie pour les mouvements populaires cherchant à sortir de ce système en crise ?

Invités :

Naomi Klein, auteure et militante.
>> Wikipédia de Naomi

Tadzio Muller, de Rosa Luxemburg Stiftung- Allemagne et co-animateur de la Coalition Climat 21 sur les mobilisations contre les centrales au charbon en Allemagne.

Maité Llanos, militante syndicale d’Amérique latine et membre du Trade Unions for Energy Democracy, sur le lien libre échange/environnement.

Anne Céline Guyon de Stop oléoducs sur la mobilisation citoyenne au Québec contre le pipeline Énergie Est.

Clayton Thomas-Muller, ancien porte-parole de Idle No More et chargé de campagne à 350.org, sur l’importance de bloquer les sables bitumineux et contrer l’extractivisme, le tout dans une perspective des Premières Nations.
>> Visionner la conférence sur Youtube (anglais et français)

>> Aperçu des changements à amorcer selon Naomi Klein, tiré du film This Change Everything (en anglais)

 

Conférence : L’impact du néolibéralisme sur la santé et les inégalités sociales
sante-2-840x531

Conférence présentée par les intervenants Ron Labonté de la Chaire de recherche sur l’équité en santé et la mondialisation à l’Université d’Ottawa ; Moyses Martins un rappeur brésilien, conférencier et militant contre la discrimination et l’exclusion sociale des handicapés; Eriel Deranger une témoin privilégiée des conséquences néfastes sur les populations autochtones de l’exploitation des ressources naturelles, spécifiquement l’exploitation du gaz de schiste dans la région.